Code d’honneur

lundi 2 août 2010
popularité : 14%

L’Origine du Code Moral (Bushido)

JPEG - 11.3 ko

Le grade, en judo, représente une triple valeur SHIN (valeur morale, esprit, caractère), GHI (valeur technique), TAI (valeur corporelle). Cette triple valeur peut exister, pour chaque pratiquant, en proportion variable selon l’âge, la santé, le sexe.

La valeur SHIN domine et commande les autres. Un pratiquant sans valeur SHIN, et qui posséderait seulement les deux autres, serait un être dangereux. GHI gouverne TAI et oriente la valeur physique. La ceinture noire donne le : SHIN - GHI - TAI et une connaissance satisfaisante des deux principes de base du judo SEIRYOKU ZEN YO (utilisation efficace de l’énergie), JITA KYOEI (entraide et prospérité mutuelle).

Celui qui a peiné et persévéré dans l’étude du judo pour mériter la ceinture noire se distingue des autres étudiants. Il est désormais qualifié pour étudier la subtilité des techniques et méditer le sens profond du judo.

GIF - 1.9 ko
Shin-Gi-Tai

La ceinture noire ne lui confère pas seulement une dignité, mais d’importantes responsabilités.

C’est pourquoi la ceinture noire doit se montrer digne de ce prestige. Le judo est jugé par tous, non seulement sur la valeur technique du ceinture noire, mais d’abord sur sa valeur morale et son comportement dans le dojo, l’étude, les compétitions et la vie. De ce fait, chaque ceinture noire est un ambassadeur du judo qu’il représente même à son insu. Il doit donc donner l’image véritable du judo. Car se conduire dans le dojo ou au dehors de façon contraire aux règles traditionnelles d’honneur et de morale des Arts Martiaux serait préjudiciable, non seulement au possesseur de la ceinture noire, mais aux autres ceintures noires et au judo tout entier.



Le Code d’honneur et de Morale traditionnelle des Arts Martiaux au japon est le BUSHIDO (voie du Samouraï ou Chevalier).

GIF - 7.2 ko Le judo, comme tous les Arts Martiaux d’origine japonaise, est donc imprégné de BUSHIDO, c’est pourquoi chaque ceinture noire, engagé dans la voie du judo, l’est aussi dans celle de la voie du Samouraï. Les chevaliers du Moyen Age dans l’inde, les Kshattryas, avaient les mêmes codes d’honneur que les Samouraïs Japonais. Ces titres dans nos civilisations, se nommerait comme des gentleman donnés à ceux qui vivent selon les règles non écrites de l’antique chevalerie.

Le BUSHIDO des Samouraïs est toujours vivant et actuel au Japon. Cette noblesse d’âme guide son comportement dans le dojo, mais aussi dans les combats de la vie. Le présent Code d’honneur et de Morale traditionnelle du Collège National des Ceintures Noires est largement inspiré par l’enseignement de l’éminent professeur, ainsi que par d’autres ouvrages principalement d’origine Japonaise.

GIF - 28.6 ko


PRINCIPES DU BUSHIDO

La rectitude : Esprit de raison droite et de justice.

Un BUSHI célèbre la définit ainsi : " La rectitude est le pouvoir de prendre, sans faiblir, une décision dictée par la raison. Mourir quand il est bien de mourir, frapper quand il est bien de frapper ".

La rectitude est dans la conduite l’expression. Mais cette rectitude pourrait dégénérer si elle n’était soutenue, par l’audace et l’endurance du courage.


Le courage : Esprit d’audace et d’endurance. GIF - 29 ko Confucius définit ainsi le courage : " Sachant ce qui est juste, ne pas le faire démontre l’absence de courage. Donc, le courage est de faire ce qui est juste ".

L’absence de peur résulte du don total de soi. Cette Paix intérieure donne l’aisance dans le danger. C’est ainsi que les samouraïs, férus d’élégance morale, improvisaient souvent des poèmes sur le champ de bataille, en l’honneur de leurs ennemis dont ils appréciaient la bravoure ou l’habileté.


L’humanité : La bonté

La pitié, lorsqu’elle n’est qu’un réflexe, est à la base de sentiments humains. Cependant, elle n’est souvent que la traduction d’impulsions, d’angoisse, de peur ou de culpabilité. Mais, lorsqu’elle naît chez un homme qui possède la rectitude, le courage, le sens de l’honneur, et dont la valeur est réelle, alors elle est pure. Seul celui qui est fort, désintéressé, maître de soi, peut avoir une pitié et une bonté authentiques. " Le pardon est la parure du guerrier " (Mahatma Gandhi).


La politesse :
JPEG - 9.9 ko
Si la politesse n’est que conventionnelle, elle n’a qu’une valeur limitée extérieure et superficielle. Mais pour le samouraï, le chevalier, elle est d’abord l’expression de sentiments profonds, d’égards envers les autres. Elle traduit la Tendresse humaine du samouraï, son désintéressement, son respect pour autrui.

Un novice peut trouver fastidieux les gestes et les formes des cérémonials (notamment durant les Katas), mais il découvrira que les manières prescrites sont celles qui épargnent le plus la dépense d’énergie.

Une célèbre école Japonaise a popularisé la maxime suivante : " Le but de toute étiquette est de cultiver votre esprit de telle manière que, même lorsque vous êtes tranquillement assis, l’idée ne puisse même pas venir au plus grossier des hommes d’oser vous attaquer "..


Véracité, sincérité, loyauté :

Masamme a dit : " Sois fidèle à toi-même ; si dans ton coeur tu ne t’écartes pas de la vérité, tu n’auras pas besoin de prier les Dieux pour être efficacement protégé ".

Les paroles de chevaliers, sont des garanties suffisantes. Une promesse ainsi faite est tenue, sans preuve nécessaire de cet engagement. En matière d’éducation des enfants et des hommes, la louange est un puissant stimulant. " Appelez quelqu’un voleur et il volera " ; par contre dites-lui : " tu es honnête et loyal ", et il aura du mal à déroger, même s’il y est enclin. Ici, la louange anticipe sur la réalité à venir. L’éducateur, le maître ou l’ami s’appuie sur la vérité profonde des possibilités de chaque homme, plus vraie que son état actuel.


L’honneur :
GIF - 12.4 ko
Ayant, par avance, donné sa vie, le samouraï, comme le chevalier, n’existe plus que par sa valeur, la noblesse de son esprit, la dignité de son état. Au Japon, les enfants sont élevés avec un sentiment aigu de l’honneur, leurs parents manifestent eux-mêmes un attachement plus grand à l’honneur qu’à la vie. Quelle peut être l’existence d’un homme qui a perdu l’estime de soi ?
Le réçent film américain "Le dernier Samouraï" démontre bien ce principe. Par sa vie, il a prouvé que ce n’était pas seulement des mots. Mais l’honneur est attaché à la fidélité, à la parole donné à un ami, à un Maître. C’est pourquoi le devoir de fidélité est un des piliers du BUSHIDO.


Le devoir de fidélité :

Le sentiment de fidélité a, dans le BUSHIDO, une importance capitale. Il convient de faire preuve de fidélité et de loyauté, par exemple à l’égard de son Maître ou de sa patrie, y compris, pour la défendre.

En Chine, Confucius faisait de la fidélité et la loyauté à l’égard des parents le premier des devoirs humains. Dans l’Inde, la première place revient au Maître spirituel ; au Japon, elle revient à l’Empereur qui incarne pour les japonais le YAMATO, l’âme même du pays. Toutes ces fidélités et loyautés, ont un dénominateur commun. C’est la consécration de sa vie à quelque chose de plus grand que soi, et que les possessions humaines ou matérielles.

Dans le judo et les Arts Martiaux, les relations de Maître à disciple sont un idéal traditionnel. Son application dans la vie tout entière offre un large champ de réalisation des principes du BUSHIDO. Il convient donc que les ceintures noires s’en inspirent, le respectent et le vivent.



Le respect : Sans modestie aucun respect n’est possible. GIF - 7.7 ko Cette relation humaine élevée est encore vivante en Orient. Depuis le Moyen Age, elle a pratiquement disparu en Occident. La civilisation occidentale se préoccupe avant tout du bien-être matériel, de la santé, et de la durée du corps.
Ce n’est certes pas négligeable mais ne peut être le but de la vie. Or, venus d’Orient, les Arts Martiaux traditionnels sont avant tout des ECOLES DE VIE. Leur but est de forger des hommes.
les relations Maître-disciple sont impossibles sans modestie. Celui qui dit : " Je suis modeste , cesse de l’être à cet instant précis ".


Le contrôle de soi :

Pour un samouraï, laisser paraître ses émotions sur le visage ou dans ses gestes est un manque de virilité. Le calme, le comportement, l’égalité de l’esprit et du coeur, ne doivent être troublés et dominés par aucune passion. Les plus grands drames, sont vécus dans le silence. La répression des sentiments et des passions accumule une grande quantité d’énergie.



L’amitié, la bienveillance :

L’amitié est peut-être le plus pur des sentiments de l’homme. L’amitié est un échange noble entre égaux. Elle offre un climat favorable à chacun pour se développer. Amitié est une disposition d’âme de l’homme fort : du samouraï, du chevalier. Leur absence est signe de faiblesse.


JPEG - 8.4 ko

Le BUSHIDO est le Code d’honneur des pratiquants d’Arts Martiaux. Il est donc celui des judokas.

Il est vain d’acquérir les techniques du Judo et même de briller dans les compétitions, si la structure intérieure du judoka n’est que faiblesse et qu’il soit moralement invertébré. Il est donc capital que le Maître enseigne le Code Moral en même temps que le JUDO, et que le disciple s’efforce d’apprendre les deux qui, en réalité, ne sont qu’un.

JPEG - 4.1 ko


Commentaires

Logo de Rosella
vendredi 6 décembre 2013 à 00h44, par  Rosella

J’adhère totalement à votre propos, et nos observations sont similaires... Rosella éditrice de cette page de voyance gratuite en ligne.

Navigation

Articles de la rubrique

  • Code d’honneur